Atterrissage forcé ? [Libre]
Pensionnat Hishigaya
Bien le bonjour Invité Rejoins-nous vite, si tu n'est pas encore inscrit! Ici c'es un forum de bonheur pour les personnes comme toi et moi! Tu n'as rien à perdre ici (juste ton temps) l'inscription est gratuite pour toi tiens! J'te donne un ticket gratuit pour le train "RPGs" mais utilise le dès que tu aura fais ta fiche de présentation !



Bienvenue au Pensionnat Hishigaya
 
Le forum est en train de prendre une nouvelle apparence, et de nouveau lieux de rp seront là. Vos rp ont été déplacé dans une section spéciale, mais ils sont toujours là. Ils seront disponibles dès la fin des "travaux" Smile Merci de votre compréhension, le staff du forum.

Partagez | 
 

 Atterrissage forcé ? [Libre]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Atterrissage forcé ? [Libre]   Lun 13 Aoû - 16:25

Voilà, elle était arrivée. Enfin. Elle allait pouvoir se reposer un peu, elle n'avait plus besoin de travailler des heures pour pouvoir acheter de quoi manger. Elle soupira. La jeune femme ne s'attendait pas à se faire beaucoup d'amis dans cette pension, son caractère l'en empêcherait sûrement. Mais au fond, c'était une excuse futile. Un prétexte. Un prétexte pour ne pas avoir d'ennuis. Irony espérait beaucoup de cette pension. Elle s'était dit que si elle arrivait à s'inscrire ici, sa vie pourrait prendre un autre tournant, elle pourrait tout recommencer, tout reprendre à zéro. Cet espoir l'habitait depuis quelques mois déjà. Mais... Vous savez quoi ? En arrivant devant cette grille imposante, Irony ne ressentait rien. Aucune joie, aucune impatience, ni rien. Son seul soulagement, c'était que maintenant, elle pourrait manger à sa faim. Le reste, elle semblait s'en foutre éperdument. Elle ne ressentait rien. Au début, elle avait eu peur, cette réaction n'était pas normale. Mais c'était peut-être car c'était tout nouveau, Elle était sûrement impressionnée, oui, sûrement...

{. Mh... Bordel, ma valise...

Irony inclina légèrement la tête et soupira une nouvelle fois en voyant sa valise qui s'était ouverte. Soupire d'exaspération. Elle se baissa avec difficulté, comme si son corps n'avait plus l'habitude de tenir debout ou de faire des gestes. Enfin, elle ramassa les quelques vêtements qui étaient tombés et les rangea machinalement dans sa valise avant d'ouvrir la grande grille qui se tenait devant elle. Une fois passée, elle s'aventura dans le grand hall et régla les dernières paperasses avec uns des surveillants. Elle laissa ensuite sa valise à l'accueil et décida de prendre l'air, pour découvrir son nouvel environnement. Et encore une fois, elle ne ressentait rien. Rien dans cette ville n'était beau, ou laid, ou bizarre. Rien ne lui paressait extraordinaire, intéressant. Rien ne retenait son attention. Son oeil bleu azur scrutait pourtant désespérément chaque détail de ses innombrables ruelles, mais rien. Irony passa devant une vitrine et s'y arrêta quelque instant. Ce n'était pas les vêtements qui étaient en vente dans le magasin qui avait attiré finalement son attention mais c'était son propre reflet. Elle voyait une jeune femme un peu petite, vêtu d'un tee-shirt noir et d'un gilet léger de la même couleur. Elle portait un pantalon noir également, et avait mit de simples chaussures de ville. Noir. Elle était tout de noir vêtue. Ses yeux contrastaient avec cette « couleur », puisqu'ils étaient bleus, bleus très clair. Son oeil gauche, de couleur rouge sang, était caché par un cache-oeil. Ses cheveux étaient lâchés, hormis une mèche de ses cheveux qui était attaché par deux barètes de deux couleurs différentes, l'une rouge et l'une bleue, barètes qui représentaient exactement les couleurs des yeux de la jeune femme. Cette dernière soupira une nouvelle fois.

Elle détacha son regard de son reflet et regarda au loin. Le ciel. Elle avait envie de voler. Ses ailes étaient certes abimées, mais elle pouvait toujours s'en servir pour voler dans les airs. Irony hocha légèrement la tête, et se mit à courir, certainement pour prendre de l'élan. Au bout de quelques enjambés, ses ailes sortirent et elle sauta à pied joint, avant de s'envoler. Ignorant les passants, elle prit progressivement de l'altitude avant d'avoir une vue dégagée de la ville. Elle aimait ce sentiment de liberté, ça lui faisait du bien, elle qui était pourtant prisonnière de ses souvenirs, de cette amnésie qui l'empêchait de connaître la raison de cette vie merdique qu'on lui avait attribuée pour la punir.

De là, le paysage était un peu plus sympathique. Nous étions en soirée, la ville était donc éclairée par les lampadaires et ça donnait à celle-ci un caractère plus chaleureux. Sans qu'elle ne s'en rende compte, Irony prit de la vitesse. Trop occupée à regarder le paysage qui était en dessous d'elle, elle ne remarqua pas non plus qu'elle avait perdu de l'altitude. Elle regarda finalement droit devant elle, et vit cet immeuble qui ne semblait demander qu'une chose: qu'Irony s'écrase contre lui.

{. Eh merde !

Elle essaya de freiner, ce qui réussit sans problème, mais en revanche, elle fit une chute libre en direction du sol. Elle s'écrasa finalement contre celui-ci, bien que ses ailes avaient réduit sa vitesse de chute. Elle était égratignée a plusieurs endroits mais surtout, était complètement sonnée. La jeune femme se releva difficilement et ses ailes disparurent. Les passants la regardaient, interloqués, comme s'ils avaient vu un fantôme.

{. Allez voir ailleurs si j'y suis ! Tss...

Irony se rendit compte qu'elle avait atterrit dans un grand parc. Elle vit une grande fontaine au loin. Il fallait qu'elle se passe un peu d'eau sur ses égratignures, aux risques que celles-ci s'infectent. Lentement, Irony se mit à marcher en direction de cette grande fontaine, en titubant légèrement. Enfin, après deux ou trois minutes, elle réussit à atteindre la fontaine. Il n'y avait pas beaucoup de monde à cet endroit et ça l'arrangeait.

{. Aaah. Je suis vraiment maudite.

*Mais bon, je l'ai mérité...* pensa-t-elle en baissant la tête. Elle avança ses mains vers l'eau de la fontaine, et les porta à son visage en soupirant. L'eau était froide, ce qui la fit légèrement sursauter. Sur le moment, elle avait juste envie de se laisser tomber et de se laisser crever. En y repensant, elle était vraiment maudite, cette fille. Une vie merdique. Et encore ! Si seulement elle se souvenait de celle-ci, ça l'avancerait sûrement !

C'est ce qu'elle fit. Irony se laissa tomber sur le sol, contre la fontaine. Non, elle n'allait pas se laisser mourir, je vous rassure. Pour l'instant, elle ressentait juste le besoin de réfléchir un peu. Mais malheureusement, ses réflexions ne durèrent pas longtemps, car elle se fit interpeller quelques minutes plus tard...
Revenir en haut Aller en bas
 

Atterrissage forcé ? [Libre]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pensionnat Hishigaya :: ~Flood~ :: ~Corbeille~-